Minus & Gadouille Minus & Gadouille
Accueil de Chez Minus & Gadouille > Histoires > Une petite histoire de Granulfo > Une petite histoire de Granulfo   

Il était une fois Granulfo, un lutin de bibliothèque qui avait la particulière habitude d’être constamment enrhumé. Il avait le nez rouge qui coulait tout le temps. C’est pourquoi il conservait toujours un grand mouchoir sur lui. Et pourtant, il ne sortait jamais parce qu’il restait jour et nuit à lire les livres de sa bibliothèque.

Un soir, alors qu’il rangeait des ouvrages en haut d’une étagère, un vilain kobold pénétra dans la bibliothèque et déroba le grand livre d’or, le livre où sont consignés tous les ouvrages de la bibliothèque. Granulfo eut tout juste le temps de voir le kobold s’enfuir. Sans réfléchir, il prit sa lanterne et se mit à le poursuivre. Il savait que les kobolds travaillent pour les dragons ! Il ne fallait pas qu’un dragon sache trop de choses. De plus, il tenait à son livre.

Le kobold mena Granulfo jusqu’à une sinistre grotte. À courir dans la nuit froide, Granulfo avait pris froid et il ne cessait de se moucher. Malgré son rhume et la peur, il suivit le kobold dans la grotte. Dans la première caverne, un mur de feu magique se dressa après le passage du kobold. Granulfo prit son mouchoir détrempé et le tordit au-dessus des flammes. Il se fraya ainsi une allée.

Dans la seconde caverne, il vit le kobold se coucher derrière un rocher. Il craignit d’être attaqué. Il sortit de nouveau son mouchoir et se moucha de toutes ses forces.
Le bruit retentit et résonna dans la caverne jusqu’à devenir terrifiant. Apeuré, le kobold quitta sa cachette.

Dans la troisième caverne, Granulfo tomba nez à nez avec le dragon. Là, il ne sut quoi faire. Granulfo, transi de froid, était à la merci du dragon.
Mais il sentait quelque chose monter en lui. Le dragon s’apprêtait à cracher le feu. Pauvre Granulfo ne pourrait rien faire. Mais quelque chose montait, montait, remontait à ses narines.

Soudain, le dragon cracha le feu et Granulfo éternua au même moment. Un éternuement si violent, si soufflant qu’il éteignit net la flamme du dragon.
L’animal en resta coi. Granulfo, lui, se saisit de son livre et rentra chez lui. Il faudrait du temps avant que le dragon ne rallume sa flamme.